L’industrie de la mode 4.0 : une réponse au nouveau paradigme d’achat du consommateur ? La suite

/L’industrie de la mode 4.0 : une réponse au nouveau paradigme d’achat du consommateur ? La suite

L’industrie de la mode 4.0 : une réponse au nouveau paradigme d’achat du consommateur ?

Face à un consommateur ultra-connecté, en quête de sens et de transparence, quelles réponses technologiques apporter pour redynamiser la consommation de mode ?

Voici la suite de notre série d’articles suite à la conférence networking organisée par la Chaire Bali, l’ESTIA et la Maison de la Nouvelle-Aquitain, pour les Alumni des grandes écoles et universités de la Nouvelle-Aquitaine en poste à Paris. Patrick BOURG, notre responsable des Opérations a eu l’occasion de participer à cette soirée en tant qu’intervenant, accompagné par les personnes  suivantes : Philippe RIBERA (Lectra) et Pascal Denizart (CETI) .

Au cours de cette soirée, animée par Maya Lauqué, trois questions ont été abordées :

  • Q1 : Qui est le nouveau consommateur en quête de transparence ?
  • Q2 : Quelles technologies pour structurer la traçabilité dans l’industrie de la mode ?
  • Q3 : Comment ces nouvelles tendances vont influencer l’industrie du textile ? prospectives à 5-10 ans ?

Voici les éléments de réponse à la deuxième question :

Q2 : Quelles technologies pour structurer la traçabilité dans l’industrie de la mode ?

 Dans notre précédent article, nous mettions en évidence tout l’enjeu d’attacher à chaque produit et directement sur le produit, toute l’information qui démontre que le discours RSE de la Marque est concrètement mis en application.

Depuis plusieurs années, nous avons axé notre Recherche et Développement pour tracer de manière plus efficace les filières d’approvisionnement et répondre à ces enjeux et répondre à une triple problématique :

  • En premier lieu, la collecte des informations tout au long du cycle d’approvisionnement du produit final avec une notion forte de la traçabilité des matières premières, des différents contrôles Qualité ou d’Origine (Cotton Bio, cuir ou peau animale, …), des modes d’acheminement.
  • Le stockage de ces informations participe à leur crédibilité. Elles doivent être sécurisées et partagées dans le temps avec le même niveau d’intégrité. En effet, l’information sera utile tout au long du cycle de vie du produit que l’on décompose de la manière suivante : le cycle de fabrication, le cycle de distribution, le cycle d’utilisation et enfin de réutilisation s’il devient Matière Première (filière type Upcycling).
  • Enfin, il s’agit de restituer cette information collectée et stockée simplement et durablement accessible à partir du produit même et par le consommateur d’où qu’il soit.

Tout l’enjeux est que les solutions mises en place soient les moins couteuses possibles et qu’elles contribuent à l’optimisation du modèle économique de la Marque et de la valorisation du produit.

Cette exigence du marché est une véritable opportunité pour accompagner les marques à rationaliser le prix de revient des productions externalisées.

La collecte de l’information

Il est compliqué de collecter l’information dans un contexte d’externalisation des productions où le nombre de processus et d’acteurs impactant la Supply Chain est important.

Des solutions dites de SCEM – Supply Chain Event Management permettent de coordonner cette collecte de données à chaque étape des processus d’approvisionnement de la validation de l’Ordre d’Achat avec les Fournisseurs jusqu’à la Réception des Productions dans l’Entrepôt.

Les retours sur investissement de ce type de projet sont importants car ce pilotage de la production externalisée permet de fiabiliser et mieux contrôler la qualité et les plannings de réception.

Les ROI se situe sur l’ajustement des quantités à produire en fonction des commandes réelles des clients, l’optimisation des capacités Entrepôt par un cadencement des productions au plus proche des besoins, les gains de productivité des préparateurs de commandes en favorisant le Cross Dock par un pré-conditionnement chez les fournisseurs, la réduction du nombre de litiges fournisseurs ou des rebuts au Contrôle Qualité à la réception, …

Le stockage certifié de la donnée

Le deuxième niveau serait le stockage de la donnée sur des espaces sécurisés. La technologie « blockchain » présente de nombreux atouts pour faire entrer la Supply Chain dans une nouvelle ère.

Cette technique est extrêmement prometteuse car elle permet de sécuriser une information qui pourra être utilisée dans le temps par différents opérateurs et avec des finalités différentes.

Ce référentiel d’information servira tout au long des différents cycle de vie du produit à travers différentes applications. L’entreprise accédera à la donnée pour ses propres besoins industriels, le distributeur pour suivre la logistique du produit et le consommateur pour connaître l’origine et l’histoire de son produit.

L’intérêt économique pour les marques sera de garantir à la fois l’intégrité de leurs produits, d’éviter toute contrefaçon mais aussi de suivre le produit tout au long de son cycle d’utilisation.

Ces données pourront aussi être valorisées par les Marques pour d’autres utilisations pendant le cycle d’utilisation au-delà de la vente du produit comme nous le verrons plus tard. Pour cela, il nous semble important pour garantir une crédibilité durable de l’information que le stockage dans la Blockchain soit certifié par un organisme indépendant ou officiel ou un label ONG.

La restitution de la donnée à partir du produit

Il convient de rendre accessible cette information collectée puis stockée à partir du produit lui-même.

Une référence fixée sur l’étiquette produit (RFID ou QR Code) doit permettre d’accéder aux éléments de traçabilité via une solution web. Cette référence pourrait être le numéro d’ordre de fabrication du fournisseur qui ramène à l’usine de fabrication, aux les lots de production en fonction des Lots de Matières Premières, aux modes de transport notamment.

Les retours d’expérience autour de la RFID sont très intéressants. La RFID est un acronyme qui désigne un support d’identification par radiofréquences pour identifier de façon unique des objets. Le RFID est d’ores et déjà utilisée en Logistique car elle permet d’optimiser la gestion unitaire des produits, de les géolocaliser individuellement et d’affiner ainsi leur contrôle et leur suivi tout au long de la chaîne d’approvisionnement jusqu’au magasin.

Plusieurs marques avec des réseaux intégrés ont pour objectif un étiquetage RFID systématique de leurs produits en magasin.

Dans nos réflexions, nous pensons que la RFID pourrait stocker une information unitaire pour chaque produit qui renverrait aux données de traçabilité publiées sur internet via la Blockchain.

Ce type de support permettrait en outre de lutter efficacement contre la contrefaçon et même de développer des usages connectés pour suivre l’utilisation du produit tout au long de son cycle de vie.

Même si elle répond parfaitement à un besoin industriel pour lire les informations de manière massive sur les produits, simplifier les inventaires et suivre la marchandise tout au long du processus d’acheminement jusque dans le magasin, elle a encore une contrainte par rapport et à un code barre ou un QR Code lisible depuis un Smartphone. En effet, elle nécessite un lecteur particulier pour accéder à l’infirmation embarquée.

En synthèse, la solution e-SCM permet de collecter l’information tout au long du cycle de fabrication et d’acheminement du produit fini et même de ses matières premières.

La RFID ou un simple QR Code cousu sur une étiquette produit permettrait d’afficher le N° de l’OF géré dans e-SCM.

A partir de cette référence, le consommateur pourra accéder via un site internet aux informations stockées dans une Blockchain.

L’impact économique de cette solution globale peut être quasiment nul car ces technologies contribuent avant tout à optimiser la Supply Chain et réduire les coûts logistiques ou de non qualité inhérents à toute production externalisée mal pilotée.

Là est le challenge industriel ! Proposer une optimisation des coûts d’approvisionnement en même temps qu’une valorisation du produit.

En savoir plus sur e-SCM.

Notre prochain webinar.

By |2019-08-01T14:19:26+00:0014 janvier 2019|Categories: Blog|Tags: , , , , |Commentaires fermés sur L’industrie de la mode 4.0 : une réponse au nouveau paradigme d’achat du consommateur ? La suite

About the Author:

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Vous consentez à nos cookies si vous continuez à utiliser notre site Web. En savoir plus. En savoir plus Ok